Démission d’un CDI pour reconversion professionnelle

Si vous n’avez plus le cœur à l’ouvrage et que vous n’avez plus aucune motivation à l’idée d’aller travailler, peut-être est-il temps de songer à changer de métier. Si autrefois la reconversion professionnelle était un processus long et difficile, c’est aujourd’hui une option tout à fait envisageable pour un grand nombre d’entre nous. D’ailleurs, un Français connaît en moyenne trois emplois différents au cours de sa vie. Parce que plus simple, la reconversion professionnelle est devenue courante.

Lettre de démission pour une reconversion professionnelle

La bonne marche à suivre de cette procédure peut être retrouvée à tout moment à l’adresse suivante : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2883 dans la rubrique Formalités. Il est conseillé d’en prendre connaissance avant d’entamer toute procédure.

Une fois votre démission actée, il ne vous restera plus qu’à continuer de mener vos missions à bien jusqu’à la fin du préavis (qui peut varier entre 1 et 3 mois selon votre poste). Dans certains cas, vous aurez à recruter un remplaçant et à le former à votre ancien poste afin qu’il puisse reprendre votre place. Les dossiers que vous laisserez inachevés pourront ainsi être repris et finalisés.

Démission pour reconversion et droit au chômage

Si ce n’était pas le cas avant, sachez qu’il est désormais possible de démissionner de votre emploi et de malgré tout percevoir les allocations chômage pour concrétiser votre projet de reconversion. C’est ce qu’on appelle le dispositif démissionnaire.

Pour être éligible, votre objectif professionnel doit impliquer la création ou la reprise d’une entreprise, et/ou un parcours de formation professionnalisant.

Pour pouvoir bénéficier de l’allocation chômage, il est nécessaire que vous puissiez justifier de minimum 5 ans d’activité continue en tant que salarié dans les 60 mois précédant la démission. Il n’est cependant pas obligatoire que ce soit dans la même entreprise. 

Réussir sa reconversion

Pour bien réussir sa démission d’un CDI dans le cadre d’une reconversion professionnelle, il est obligatoire de prendre rendez-vous avec un conseiller en évolution professionnelle (ou CEP). Cette étape, en amont de votre démission, va vous permettre de trouver de l’aide pour mettre en place votre projet professionnel.

Si votre projet est réalisable, la CPIR de votre région (Commission Paritaire Interprofessionnelle Régionale) vous délivrera une attestation du caractère réel et sérieux de votre projet professionnel. Nous vous conseillons conseillé d’attendre d’avoir obtenu cette attestation pour démissionner.

La formation que vous avez choisie doit être cohérente avec votre reconversion et être professionnalisante. Dans le cas de la création ou reprise d’une entreprise, tous les aspects (humains, financiers, etc) seront mis à l’étude.

Une fois cette attestation en votre possession, vous avez 6 mois pour vous inscrire en tant que demandeur d’emploi auprès de Pôle Emploi et ainsi faire votre demande d’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE). Cette allocation ne vous sera cependant accordée que si vous avez réalisé toutes les étapes menant à la bonne réalisation de votre projet. Pôle Emploi est chargé de vérifier leur bonne application.

Comment financer une reconversion professionnelle après un CDI

Depuis 2015, le CPF ou Compte Personnel de Formation permet à tout un chacun d’accéder aux formations professionnelles qu’il souhaite. Il est possible grâce au CPF de financer une formation dans le cadre d’une reconversion.

Pour en savoir plus, rendez-vous à l’adresse suivante : https://www.moncompteformation.gouv.fr/ et connectez-vous à votre espace privé.

Aller à la barre d’outils